Syndrome de l’essuie glace T-shirt 100% coton bio

29,00

T-shirt Bleu Foncé | Blanc | Noir | Gris Chiné | Bleu Chiné | Bordeaux

Effacer
UGS : SEG- Catégorie :

Ce t-shirt bio à col rond est incroyablement confortable et doux, donc très agréable à porter.
Il est en coton bio et à une coupe bien ajustée.
Le motif, traité de façon graphique, représente une blessure qui apparait souvent chez les coureurs, les cyclistes … : Le Syndrome de L’essuie glace.
Le syndrome de l’essuie glace s’appelle en réalité le syndrome de la bandelette ilio-tibiale. C’est une inflammation. Il s’agit d’une blessure banale chez le runner mais dont la guérison est longue et difficile. La douleur apparaît généralement au bout de quelques kilomètres, avec une douleur aiguë sur le côté du genou. Il est alors impossible de continuer !
Ce t-shirt vous permettra d’appartenir à ce club très privé que sont les personnes atteintes de ce syndrome.  ;-).
C’est le cadeau idéal pour vous-même ou pour un proche, coureur du dimanche ou confirmé …

INFORMATIONS PRODUITS :

  • Matière : 100% coton biologique peigné et filé à l’anneau
  • Disponible dans les tailles : XS, S, M, L, XL, XXL
  • Pour le 3XL, seulement disponible dans les coloris Blanc, Noir et Bleu Foncé.
  • Extra doux
  • Colori : Bleu Foncé | Blanc | Noir | Gris Chiné | Bleu Chiné | Bordeaux
  • Recommandation de taille : Coupe ajustée, il taille bien, voir un peu serré au niveau des biceps. Si vous le voulez plus ample, n’hésitez pas à prendre une taille en-dessus.
  • Entretien : Lavage à 30° et cycle délicat, ne pas repasser sur le motif, laver et repasser sur l’envers.
  • Envoyé dans une enveloppe avec suivi.

Le t-shirt des grands runners !

Rassurez-vous, vous êtes bien sur le site de tshirts humoristiques « Joker Médical » et pas sur un site de vente de pièces détachées pour automobile. Alors pourquoi diable parle-t-on d’essuie-glace ? Ici rien à voir avec le fameux dispositif mécanique breveté en 1903 par l’américaine Mary Anderson et permettant de nettoyer le pare-brise d’un véhicule, mais bien de cette inflammation du genou, ô combien connue de nombreux sportifs.

Le syndrome de l’essuie-glace : qu’es-ce que c’est ?

Votre garagiste, enfin votre médecin, vous dira plutôt que vous souffrez d’une tendinite du genou, ou bien du syndrome de la bandelette ilio-tibiale. Ou encore, s’il veut vous impressionner, d’une tendinite du muscle tenseur du fascia lata. Nous autres sportifs mortels parlerons plus communément du syndrome de l’essuie-glace.
Maintenant que nous connaissons le nom « scientifique » de la panne, ouvrons le capot. Le tendon incriminé, le muscle tenseur du fascia lata donc, s’étend du haut du fémur (pour l’anecdote l’os le plus long du corps humain) jusqu’au haut du tibia (toujours pour l’anecdote, le deuxième os le plus long du corps humain) et se prolonge sous la forme d’une bandelette, d’où le nom de syndrome de la bandelette ilio-tibiale. En dessous de ce tendon, se trouve la partie basse du fémur appelée condyle externe.
Lorsque nous marchons, courrons, faisons du vélo, à chaque fois que nous demandons à nos genoux de se plier et de se déplier en fait (flexion-extension), le muscle du tenseur fascia lata effectue alors un mouvement de « balayage » semblable à celui d’un essuie-glace. Malheureusement dans certains cas ce mouvement ne se fait pas sans mal et c’est le frottement entre la bandelette du tendon et le condyle externe qui va provoquer l’inflammation et par conséquent la douleur.

Syndrome de l’essuie glace : dans quels sport se fait-on cela ?

Le syndrome de l’essuie-glace est un mal relativement banal touchant en majorité les activités sportives sollicitant les genoux sur de longs et intensifs efforts. Les cyclistes et les coureurs sont ainsi les plus atteints (près d’un coureur sur quatre en souffrirait selon certaines études). Rien d’étonnant à cela puisque ce syndrome est lié à la répétition des mouvements de flexion-extension pendant un effort prolongé. De ce fait les footballeurs ne sont pas épargnés et viennent grossir les rangs des sportifs souffrant d’une tendinite du fascia lata.
À l’inverse, dans des disciplines où les courses sont irrégulières comme le tennis ou le basketball par exemple, le risque de syndrome de l’essuie-glace est quasiment nul. Idem au ski, bien que le genou y soit particulièrement sollicité, malmené même, aucune douleur due à cette inflammation n’est à signaler.
Au rugby enfin, sport où les corps sortent souvent meurtris, les traumatismes des genoux seront principalement des entorses ou, plus grave, des ruptures des ligaments croisés.

Comment soigner le syndrome de l’essuie-glace ?

Bien diagnostiqué et bien connu des médecins, le syndrome de l’essuie-glace n’en reste pas moins douloureux et surtout difficile à soigner complètement, à l’instar de nombreuses tendinites. Un simple arrêt de la pratique ne suffira malheureusement pas. Afin d’éviter d’en arriver là, il convient d’identifier les facteurs qui conduisent votre muscle tenseur du fascia lata à être en « bisbille » avec votre condyle externe.
Nous l’avons vu plus haut, c’est la répétition des flexions-extensions lors d’un effort prolongé qui provoque l’inflammation. Bien connaître ses limites et ne pas surestimer ses capacités sont donc indispensables. Un entraînement progressif et adapté vous permettra alors d’atteindre vos objectifs tout en évitant de passer par l’infirmerie.
Le terrain d’entraînement joue également un rôle important. Autant que faire se peut, il est recommandé de ne pas courir en pente ni sur une route bombée. Ces changements topographiques ne feront qu’augmenter les contraintes musculaires et les amplitudes, donc l’essuie-glace.
Enfin, comme dans toute pratique, un bon matériel est primordial. Des chaussures non adaptées à votre morphologie ou tout simplement trop usées auront raison de votre bandelette ilio-tibiale.
Si vous n’avez pas suivi ces recommandations et que vous ressentez une vive douleur au niveau du genou lors d’un effort, ne cédez pas à la panique et allez consulter. Votre médecin pratiquera alors deux examens : le test de Renne et le test de Noble, qui lui permettront de déterminer s’il s’agit bien d’un syndrome de l’essuie-glace. Des examens complémentaires tels que la radiographie, l’échographie et l’IRM ne sont pas indispensables et servent surtout à éliminer d’autres causes potentielles de douleur.
Une fois le diagnostic posé, une prise en charge pluridisciplinaire s’impose. Tout d’abord le médecin traitant imposera l’arrêt de toute activité sportive et prescrira des antalgiques ainsi que des anti-inflammatoires. Des mesures locales (application d’un patch ou d’une poche de glace) seront également utiles.
Puis un kinésithérapeute prendra le relais. Massages, étirements, ultrasons et renforcement musculaire seront au programme de la rééducation.
Pour compléter le processus de guérison, une visite chez le podologue s’imposera. Un examen morphologique complet ainsi qu’une analyse des appuis permettront de mettre évidence une mauvaise posture ou un défaut anatomique tel qu’un « geno varum » (lorsque le patient a les jambes arquées). Le praticien pourra ainsi prescrire des semelles orthopédiques ou orthèses plantaires (si le podologue a décidé de vous impressionner…décidément!). Fabriquées sur mesure elles stabiliseront le pied, réduiront la rotation du genou et éviteront ainsi le frottement douloureux entre le tendon et le condyle.
Une fois débarrassé de cette inflammation, une reprise graduelle de l’activité physique couplée à des étirements empêcheront la récidive.
Le traitement chirurgical reste exceptionnel et ne sera envisagé qu’en cas d’échec prolongé du traitement médical « classique ».

Syndrome de l’essuie-glace : votre blessure en t-shirt

À cette personne qui vous demandera si vous avez acheté votre tshirt chez un garagiste, vous pourrez lui répondre que le syndrome de l’essuie-glace n’est pas une plaisanterie et que des millions de sportifs en souffrent chaque jour.
Vous-même, grand coureur de fond, kenyan dans l’âme, avez été victime de la terrible tendinite du fascia lata, vous empêchant de battre le record de Dordogne aux 20 kilomètres de Boulazac en 2003.
Mais c’est terminé maintenant, vous gambadez de nouveau et enchaînez les semi-marathons comme des perles. Ce tshirt est ainsi là pour rappeler à vos proches que le syndrome de l’essuie-glace n’est pas une fatalité et qu’on peut s’en sortir !

Copyright © Joker Médical. All rights reserved.

Couleur Tshirt

Blanc, Bleu Chiné, Bleu Foncé, Bordeaux, Gris Chiné, Noir

Tailles

3XL, 2XL, XL, L, M, S, XS

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.

Vous aimerez peut-être aussi…

Pin It on Pinterest

Share This